Edito

Chers ressortissants,

J’ai été élu vendredi 17 décembre en qualité de président de la Fondation Maison de la Gendarmerie, au départ du général de division (2S) Jean-Jacques TACHÉ, et je souhaitais vous en informer dans les meilleurs délais. 

C’est un honneur et une très grande fierté pour moi que d’accéder à cette fonction et je tâcherai de me montrer digne de la confiance accordée par les membres du Conseil en poursuivant l’oeuvre de mes prédécesseurs, au bénéfice de notre belle institution. Je tiens avant tout à remercier chaleureusement mon ami Jean-Jacques TACHÉ, appelé à d’autres fonctions au sein de la magistrature et qui a œuvré avec un bel engagement pendant près de trois ans. Son mandat n’a pas été épargné par les événements; du nécessaire désarrimage de la direction générale de la gendarmerie au déménagement du siège, tout en passant par les aléas dus aux contraintes sanitaires. Il a su préserver l’essentiel et notre Fondation reste en ordre de marche, grâce à son travail. Cela mérite toute notre reconnaissance.

Pour ce qui me concerne, je souhaiterais préciser, d’une part, quelles sont les raisons qui m’ont poussé à être candidat à cette fonction et, d’autre part, ébaucher quelques lignes fortes qui pourraient guider mon action, si le conseil en était d’accord. Pour ceux qui ne me connaitraient pas, même si beaucoup d’entre vous ont croisé mon chemin, je présente succinctement mon parcours en annexe.

En premier lieu, je voudrais dire que les gendarmes sont ma famille et la gendarmerie ma grande maison. Mes camarades savaient que je souhaitais, après 40 années de service dont la moitié en région parisienne, m'éloigner un temps de la capitale pour renouer avec mes vieux amis et quelques préoccupations plus territoriales. Pour autant, j'ai toujours conservé des liens avec l'institution, aussi bien à Paris qu'à Marseille et j’avais la volonté de partager mon expérience au service de tous. Le volet social me convient parfaitement car il correspond à l'un des axes forts de mes engagements professionnel et personnel.

 

A titre professionnel, j'ai été impliqué dans la gestion des ressources humaines à tous les niveaux de commandement. Je l’ai été aussi très tôt dans mes fonctions au cabinet du ministre (aide de camp et conseiller du mindef où je suivais les questions liées aux personnels de la gendarmerie) puis en qualité de chef du bureau du personnel officier et enfin comme inspecteur général des armées et de la gendarmerie (dernier recours pour les personnels ayant un contentieux avec l'administration, réception de personnels en souffrance, etc.).

 

A titre personnel, la Fondation représente pour moi le passé, le présent et l’avenir. Le passé en raison de merveilleux souvenirs en famille, notamment vécus à l'établissement de Chamonix-La Flégère, pendant de nombreuses années. C’est aussi malheureusement l’action commune avec la Fondation lors du décès de personnels et le suivi de familles avec lesquelles j’ai gardé, pour certaines, des liens d’affection. Le présent parce que je souhaite aujourd'hui jouer un rôle dans ma famille et que la Fondation Maison de la gendarmerie incarne au mieux à mes yeux l'action sociale au profit de toute la communauté gendarmerie. Le futur car j'aimerais participer à la préparation de l'avenir pour notre Fondation et préserver un outil performant pour soutenir moralement et matériellement nos personnels, leurs familles, nos veuves et orphelins ainsi que nos retraités, sans oublier les réservistes opérationnels.  

En second lieu, je veux témoigner de ma confiance en la Maison de la Gendarmerie qui aura bientôt 80 ans, ce qui est un âge respectable. Une vieille dame ne doit jamais être bousculée ! Pour autant, le monde bouge autour de nous et cela va très vite. Il faut s'adapter en permanence et trouver les moyens d'offrir à nos ressortissants le meilleur soutien possible. 

 

A court terme, il s’agit de bien gérer notre Fondation dans une période difficile et qui, de surcroît, a subi des changements notables demandés par la Cour des Comptes. Avec le soutien de la DGGN, et je veux ici témoigner du grand intérêt du général d’armée Christian RODRIGUEZ pour la Maison de la Gendarmerie ainsi que du major général Bruno JOCKERS et de la direction du personnel. A cet effet, il conviendra de poursuivre la mise en œuvre du plan stratégique 2019-2024 pour conforter la place de la Fondation dans le paysage de l’action sociale et mieux répondre aux attentes de nos ressortissants, en particulier de nos veuves et orphelins. Des audits sont en cours et nous les examinerons avec attention pour proposer par ailleurs de meilleures prestations (habitat, loisirs, logements étudiants, stages…) et améliorer la mise en valeur de notre patrimoine immobilier. Il faudra aussi suivre les axes majeurs définis par les assises de l’action sociale qui se sont tenues en octobre dernier et souscrire au contrat pluriannuel d’objectifs signé avec la DGGN, le tout en menant à bien la fin de l’installation de notre siège à Vincennes dans ses nouveaux locaux. 

 

A moyen terme, il sera impératif de tenir compte de deux évolutions majeures : celle du paysage des actions conduites dans les domaines de la santé et du social au sein des armées et des administrations de l’état et celle du renouvellement considérable de nos personnels d’active. La première doit nous inciter à faire vivre de solides partenariats pour conserver un outil fort, propre à assurer la pérennité et la spécificité du modèle social Gendarmerie. La seconde  constitue un défi à relever pour que tous les membres de la communauté gendarmerie, notamment nos jeunes, se sentent porteurs d’une vraie solidarité en devenant souscripteurs auprès de la Maison de la Gendarmerie.

La Fondation a devant elle un bel avenir qu'il faut conforter grâce à des alliances objectives. C’est tout le sens des projets communs bâtis notamment avec la Caisse Nationale du Gendarme par le biais de l’outil Entraide Gendarmerie. Nos référents conjoints incarnent parfaitement dans les écoles de gendarmerie cette volonté de partenariat et d’autres actions significatives, telles que les stages au profit des blessés, des malades ou en faveur de l’aide au handicap, vont être développées ensemble. 

 

En définitive, j’ai la conviction que l’efficacité de notre action passe par la solidarité qu’il nous faut promouvoir au sein des jeunes générations pour que souffle l’esprit d’hommes tels que le capitaine Paoli ou Lucien Nouvel, auxquels je rends hommage car ils avaient compris les premiers les besoins d’une action sociale forte au sein d’une communauté gendarmerie profondément humaine et unie. 

 

Général d’armée (2S) David Galtier
Président de la Fondation Maison de la Gendarmerie

 

Le conseil d'Administration Les statuts de la Fondation
au 04/10/2018
Le bilan social