La fondation & le handicap

[INTERVIEW] #Aidants #MissionHandicap #DGGN
 
Au lendemain des Assises de l’action sociale organisées par la DPM, le lieutenant-colonel Grégoire Charle, chargé de projets accompagnement du handicap et des blessés, nous a fait l’honneur de partager quelques mots sur la mission « Accompagnement du handicap ».
G. Charle revient sur la genèse du projet. « C’est au cours de l’année 2019, dans la perspective de ma scolarité alternative à l'école de guerre que j’ai échangé avec le Directeur des Personnels Militaires, le général de corps d’armée Armando De Oliveira. Il m'a fait l'honneur de me proposer un projet, valorisant mes expériences autour du handicap, focalisé sur le soutien possible à apporter aux aidants familiaux et aux blessés au sein du milieu gendarmerie afin, notamment de compléter le dispositif étatique».
En effet, même si le sujet des aidants intéresse le gouvernement français depuis 2019 dans le cadre de sa stratégie de mobilisation et de soutien en faveur des aidants, force est de constater « qu’être aidant familial d'un proche en situation de handicap est encore facteur de beaucoup de difficultés dans la vie quotidienne, de limitations professionnelles qu'il reste possible d'au moins atténuer par une politique volontariste en la matière». G. Charle explique que la combinaison entre le métier de contraintes des gendarmes et un cycle d’aidants, jalonné lui aussi de contraintes « extraordinaires » est souvent particulièrement compliqué à concilier. « J’aimerais trouver des solutions adaptées pour permettre à l’aidant de concilier la vie pro et la vie perso. La gendarmerie est tout à fait en capacité d’apporter des outils permettant d’accompagner les aidants dont l’un des membres du foyer est en situation de handicap ».
Cette idée s’est transformée en axe sous l’impulsion forte du DPM dans le cadre de la transformation RH. « Le premier volet concerne le soutien aux aidants familiaux, le second sera davantage centré sur l’accompagnement des blessés, en y intégrant l'approche et les outils utilisés dans le milieu du handicap ».
Travaillant sur le sujet depuis maintenant un an, un plan d’action concernant les aidants a été mis en place depuis février avec notamment un guide de l’aidant et un réseau de Pair-Aidance (les « Expairs ») : « les premières mesures prises sont presque des mesures d’urgence. Le dispositif va évoluer et s’enrichir au fur et à mesure des rencontres en interne et en externe ». Sur le volet des blessés, « la conceptualisation du dispositif, explique G. Charle, se fait par le biais d’une recherche appelant une transcription opérationnelle ».
Le réseau de Pair-Aidance regroupe une soixantaine de profils concernant à peu près toutes les catégories de handicap. « Notre objectif est de valoriser les expériences de vie et savoirs acquis et de les mettre à disposition des camarades qui sont au début du parcours d’accompagnement d’un membre de la famille en situation de handicap ». Pour ce qui est du forum, disponible sur la plateforme interne « ResoGend », G. Charle le situe plutôt comme un réseau de solidarité (par exemple un lieu où les aidants peuvent échanger du matériel ou rompre l’isolement), mais aussi d'échanges collectifs favorisant l'émergence de suggestions et bonnes pratiques, voire un lieu de conception participative des mesures, par et pour les personnes concernées.
L’idée de G. Charle est de sensibiliser toute la communauté gendarmerie au profil des aidants « surtout au niveau de la hiérarchie. Il faut comprendre que si un personnel, aidant familial, a besoin de son après-midi en urgence, c’est qu’il n’a pas eu le choix et que le phénomène peut se reproduire régulièrement ».
Aujourd’hui, G. Charle a identifié 1500 parents d’enfants handicapés et « nous sommes loin du compte ». Il aimerait que la situation d’aidant soit reconnue de façon à permettre aussi à ces personnels d’avoir la même chance de carrière que les autres.
En attendant, des mesures sont prises en faveur du répit des aidants. « Les familles concernées ne partent plus en vacances et ne peuvent plus jamais sortir de leur contrainte d’aidants ». Ainsi, des séjours commencent à voir le jour. C’est le cas des offres de séjours proposées par la Fondation Maison de la Gendarmerie sur son site de Roquefort-la-Bédoule, qui offre les prestations d’un aidant professionnel le temps d’un moment de respiration.
 
Pour plus d’informations, la Mission Accompagnement du Handicap est joignable à l'adresse handicap@gendarmerie.interieur.gouv.fr.